Menu Fermer

Action judiciaires contre les sites de rencontres – Quelle situation à date ?

Action judiciaires contre les sites de rencontres – Quelle situation à date ?

En France, en dehors de Gleeden attaqué par une association catholique, dans le but de demander un retrait des publicités, pour trouble à l’ordre public, il y a eu peu de recours judiciaires à l’encontre des sites de rencontre.

Néanmoins, nous avons trouvé des traces de nombreuses situations judiciaires aux Etats-Unis.  Tout d’abord en 2011, Match.com a été poursuivi pour ne pas avoir supprimé les profils inactifs, malgré les demandes des utilisateurs désinscrits, notamment celui des femmes, afin de gonfler artificiellement le nombre de comptes femmes, par rapport à celui des hommes. Également, certains utilisateurs avaient décelé des photos d’actrices ou de mannequins comme utilisatrices du site, alors qu’il s’agissait uniquement de spams.  L’entreprise avait ainsi créé une machine à créer des profils de remplissage.  Le recours collectif contre Match s’est terminé par une victoire des plaignants, et des dommages et intérêts à payer de l’ordre de 1.4 million de dollars.

Autre cas encore plus grave, un site de rencontre pour personnes atteintes de MST (positive singles), qui indiquait mettre le profil en 100% confidentiel, a relevé qu’elle plaçait les profils sur d’autres sites de rencontre, ce qui impliquait qu’une personne atteinte du VIH pouvait rencontrer une personne non atteinte, sans en être informé. En raison de cette situation très grave pour la santé publique, le site Internet a été lourdement condamné.  En 2013, une ancienne salariée a poursuivi Ashley Madison, un site d’adultère En indiquant qu’elle avait été payé pour créer 1000 faux comptes, ce qui lui avait provoqué des douleurs aux poignets et aux avant-bras, à force de taper sur son clavier, et que cela allait engendrer des tromperies pour les clients. L’entreprise s’est défendu, mais l’affaire a été classée sans suite.

Des amendes lourdes contre les sites de rencontre

En 2014, les États-Unis ont infligé une amende à JDI Dating (un groupe de 18 sites Web, dont Cupidswand.com et FlirtCrowd.com) au-dessus de €600000, jugeant que le site internet offraient une inscription gratuite pour créer un compte, que la personne recevait alors un message d’une personne géographiquement proche, mais quelle devait alors payer pour le consulter, car il était impossible de consulter le message sans payer. Sachant que ces messages venaient de faux profils, spécialement créés pour l’occasion, avec des fausses photos et des fausses informations.

A ce jour, il n’y a pas eu de cas similaires en France, mais nous avons détecté de nombreux sites avec des faux profils. Probablement que les utilisateurs devraient se regrouper pour porter une telle action devant la justice, mais les personnes souhaitent rarement se pourvoir en justice, car ils souhaitent garder leurs anonymats.

Nous avons créé un classement des sites pouvant contenir potentiellement le plus haut taux de faux profils. Nous vous invitons à le visiter.

 

1 Comment

  1. Ping :5 messages pour draguer une collègue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Liste des 118 sites de rencontres en France
(et leurs statistiques secrètes)

X