Menu Fermer

Les 7 pratiques de sadomasochisme répandus en France

Vous pratiquez régulièrement le sadomasochisme ? Ou encore, vous vous intéressez à cette pratique sans jamais avoir franchis la ligne ? Ou simplement, vous vous intéressez à la sexualité des français ? Quoi qu’il en soit, cet article a pour objectif de présenter les pratiques sexuelles des français, et particulièrement des libertins qui sont adeptes du sadomasochisme, avec la liste des 7 pratiques les plus répandus en France.

Les 7 pratiques de sadomasochisme les plus répandus en France

Commençons pas ma définition du sadomasochisme, avec une explication de sa pratique :

Sadomasochisme : de quoi s’agit-il ?

Formé étymologiquement de « sadisme » et « masochisme », respectivement de “sadisme” et “masochisme”, le sadomasochisme désigne une forme d’échange contractuel ayant pour but, l’emploi de la douleur, la soumission, l’humiliation ou une mise en scène de divers fantasmes dans un but aphrodisiaque. Certaines pratiques sont mixtes, c’est-à-dire applicable à tous et à toute, d’autres par contre sont adaptées uniquement pour l’homme ou pour la femme. Les partenaires se mettent donc dans des conditions qui permettent de faire mal ou de sentir le mal dans leur corps, et à la fois plaisir. Ce qui fait apparaître les différents types de sadomasochisme surtout dans les clubs libertins où l’objectif reste le plaisir peu importe la méthode employée.

Liste des pratiques de sadomasochisme en France

La liste des pratiques de sadomasochisme les plus pratiquées en France :

  • Le bondage

Le principe est d’immobilier l’autre en l’attachant dans le but de gouverner la situation sans aucune réaction de riposte de sa part. Vous aurez donc besoin d’un foulard, d’une paire de menottes ou de toute autre chose pouvant servir à attacher. L’attacheur à donc le pouvoir pendant l’attachée est soumise. Vous, vous avez l’avantage du mâle dominant pendant que votre “esclave” se plie à vos désirs. Les rôles peuvent être inversés dans cette pratique.

  • La fessée

C’est un classique dans le monde du sadomasochisme. Une façon plutôt érotique d’éveiller les sens. La douleur de la fessée fait sécréter au cerveau de la dopamine(l’hormone responsable du plaisir). Plus de plaisir et donc plus de bonheur.

  • La punition

Comment ça marche ? Accusez l’autre d’avoir mal agi et soumettez là à une conséquence. Cela peut s’avérer très excitant en effet. Et comprenons nous bien. La conséquence ici n’a aucun rapport avec le fait de faire la vaisselle par exemple, mais la punition érotique qui s’impose peut-être l’obligation de se soumettre à des positions sexuelles que le dominant aura choisit. Cela va à l’encontre de tout ce que vous pouvez vivre au quotidien, d’où l’aspect excitant. La mauvaise fille, recevant une punition pour avoir mal agi plutôt excitant non ?

  • Privation d’orgasme

La privation d’orgasme est un terme très souvent utilisée en sadomasochisme. Comme vous pouvez déjà le comprendre par le nom, c’est le fait de provoquer chez l’autre une grande excitation sans pour autant lui donner accès à l’orgasme. En gros, l’idée est de l’amener au plus haut point possible du plaisir, presque à l’orgasme sans pour autant lui donner la permission ou les moyens d’aller jusqu’au bout. La frustration sexuelle qui en résulte s’avère alors très excitante. Le truc en plus ici, c’est une sorte de double orgasme surtout chez les hommes. Les mêmes hormones qui devraient être libérées à l’orgasme, sont libérées au point avant celui-ci. Le plaisir ressenti est donc le double environ, du plaisir d’un acte sexuel normal.

  • Excitation spontanée

Cette méthode, nécessite des outils de masturbation, mais ce n’est pas de la masturbation au sens propre. Il y a des sortes de petits œufs vibrants, que la femme peut utiliser pour se masturber. Dans le cas de la masturbation, c’est la femme qui a le contrôle de la télécommande de ce bidule sexuel. Mais dans ce cas, seul l’autre a le contrôle. Elle est donc esclave d’une excitation spontanée dont le seul maître est, le partenaire. La condition d’excitation majeure ici, c’est le fait de pouvoir exercer cela dans un lieu public. Un restaurant par exemple. L’excitation monte en toute discrétion tout au long de la soirée sans pour autant pouvoir se concrétiser  et un retour torride à la maison est donc à préparer en conséquence.

  • Chasteté forcée

C’est une méthode qui ressemble à la privation d’orgasme en effet, mais sans pénétration. D’où le nom “chasteté”. L’homme porte une cage de chasteté pendant cet épisode, et la femme, une ceinture de chasteté tout deux dans le même but. Éviter au maximum la pénétration et faire aussi durer le plaisir au risque de débouché sur la privation d’orgasme. Cependant, le port de ces ustensiles est à votre choix (la durée du port). Toutes activités sont donc permises pendant ce temps. Caresse, léchage et etc. L’objectif, c’est de faire monter la tension. C’est bien plus excitant que la privation d’orgasme en ce sens qu’ici, les deux partenaires sont dans la même situation. Il est donc possible d’affirmer que le plaisir est partagé équitablement.

  • Lavement érotique

Déjà, le nom donne un petit aperçu ce que c’est. Le lavement érotique est d’abord un lavement (normal) et l’érotisme apparaît ici dans la subtilité des mouvements (différents d’un lavage normal) et de tout ce qu’il est possible de faire pendant ce lavage. Pendant le lavage de votre partenaire, vous avez l’occasion de parcourir ses parties les plus intimes. Le sens du toucher se charge donc de l’excitation (caresse, masturbation et etc.). Les deux partenaires prennent autant de plaisir l’un que l’autre.

Pour aller plus loin : vous pouvez poser vos questions sur le sadomasochisme en commentaires, afin d’aider vos camarades 😉 qui veulent des informations supplémentaire sur cette pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Stat_Rencontres

GRATUIT
VOIR